Itinéraire du 10 au 16 Juillet 2020

LE HAVRE / SAINT-MALO… À VÉLO… AVEC LÉO !

Bonjour,
moi, c’est Léo… J’ai 23 ans et je suis collaborateur Cofidis depuis 2018.
C’est un hasard qui fait bien les choses car « A VELO LEO » c’est un peu moi !
Passionné d’aventures et de nature, je me suis lancé le défi de partir sur les routes de la Vélomaritime avec mes 2 colocs Louis et Florian. C’est avec plaisir que je vous partage mon carnet de bord en espérant vous donner envie de voyager à vélo pour admirer de magnifiques paysages ….

Premier réveil au bord de l’eau, entre lever du soleil et bruit des mouettes nous sommes au Havre il n’y a pas de doute. Après un passage à la boulangerie près de la plage, on est parti !

Saint-Adresse, Octeville-sur-Mer tout droit direction les falaises d’Etretat…. Juste avant le drame, nous avons perdu les pédales !
Non nous ne sommes pas devenus fous, on a vraiment perdu une pédale  .

Après un stop forcé, nous avons cherché le réparateur le plus proche, après 10 kms à demi-pédale, nous avons réussi à faire un arrêt au stand, les falaises étaient bien lointaines à ce moment-là… Après de nombreux magasins, nous avons trouvé la panne et réparé un de nos vélos, un pédalier tout neuf pour un début de voyage en fanfare.

Finalement, nous avons réussi à nous rendre à Etretat (en voiture.. oui nous avons un petit peu triché….) pour admirer ce si beau paysage.

Première journée au complet, Florian nous a rejoints pour former notre trio qui est prêt à braver les 400 km qui nous séparent de Saint-Malo, l’aventure est partie !

Pour nous mettre en jambes, rien de tel que le pont de Normandie ! Après 10 kms dans le port du Havre nous avons fait qu’une bouchée de ce mastodonte de ferraille. Une fois le pont passé, rendez-vous à Honfleur pour la pause matinale, un petit croissant et un café sur les abords du port étaient les bienvenus avant de repartir.

Allez hop, on est remonté en selle direction Ouistreham !

Après un passage pour déjeuner sur la belle plage de Deauville, nous nous sommes frayé un chemin entre les villas et les grosses cylindrées pour arriver à Cabourg, puis finalement à Ouistreham.

Le choix du camping était royal, à 50 m de la plage, super pour regarder le coucher de soleil.

Après une halte près d’Ouistreham, l’envie de rejoindre les terres se faisait sentir.

Mais avant cela, un passage obligé par certaines plages du débarquement avec notre guide perso (Florian est un féru d’histoire) était nécessaire.

Sword Beach, Juno Beach ou encore Ouistreham nous a rappelé l’importance du débarquement normand dans la tournure de la Seconde Guerre mondiale.

Suite à ces stops historiques, nous avons pris la route vers Torigni sur Vire près de Saint-Lô. Après une pause déjeuner à Bayeux connue principalement pour ses tapisseries nous voilà sur les routes de campagne entre le blé non moissonné et le maïs pour rejoindre cette ville fortifiée.

A l’arrivée, un merveilleux camping avec piscine nous attendait, quoi de mieux que de piquer une petite tête après une aprem de vélo.

Après un petit-déjeuner copieux englouti avant le départ, il était temps pour nous de faire une étape liant petites routes de campagne et départementales afin de rejoindre la côte de la Manche et plus précisément Granville (ville qui a vu grandir un très grand couturier en la personne de Christian Dior).

Veille de fête nationale, les principaux magasins de nourriture étaient fermés… On n’avait pas prévu le coup… Nous avons finalement trouvé une boulangerie vers 16h afin de déjeuner. A ce moment nous aurions pu manger tout et n’importe quoi.

Au programme de la route départementale … Montée … descente … durant 20 kms pour rejoindre notre camping.

Pour la petite anecdote : « au mont saint-michel la marée monte à la vitesse d’un cheval au galop » selon Téophile Gauthier grand poète français.

Après une nuit entachée par les moustiques et la pluie, nous sommes repartis. En plus du temps pluvieux, les jambes sont un peu lourdes pour nous ! Aujourd’hui ce sera une étape plus courte.

Après une pause déjeuner pluvieuse à Jullouville, nous avons enfilé parka et K-Way afin de continuer de rouler au sec. Nous avons rattrapé la route de la baie du Mont-Saint-Michel pour rejoindre Carolles en direction d’Avranches.

Après la pluie, le beau temps… quelques rayons de soleil sont apparus en plein milieu d’après midi, idéal pour se poser et admirer le mont Saint-Michel. Pour la petite histoire, on s’est endormi pour se réveiller 1h plus tard… ahahah  .

Nous avons donc passé la nuit chez l’habitant au vu de notre état de fatigue, quel plaisir de retrouver un vrai lit pour recharger les batteries !

Après une nuit loin de notre tente, nous repartons revigorés ; prêts à voir le joyau proclamé de la Normandie (ou breton comme il est si bien revendiqué par les bretons) le Mont Saint-Michel !

Place forte durant des siècles, cet îlot rocheux haut de 96 mètres doit son nom de l’archange (=catégorie d’Ange) Saint-Michel.

Place touristique incontournable de la région normande il était obligatoire de passer par là durant notre périple.

Après un stop déjeuner et touristique au Mont-Saint-Michel, nous avons repris la route par la côte pour rejoindre Cancale en fin de journée.

Cherrueix ou encore Hirel connues pour leurs plages remplies de chars à voile étaient sur la route et nous a permis de faire une pause fraîcheur, avant de pouvoir goûter notre première crêperie bretonne.

Dernière étape de notre roadtrip plutôt tranquille.

10 kms séparent Cancale de Saint-Malo mais nous avons voulu passer par la côte. En effet, comment passer à côté de la magnifique côte d’Emeraude pour la fin de notre voyage.

Après une petite heure à sillonner celle-ci, rien de tel que de boire un café le long de la grande plage du Sillon, lieu emblématique de Saint-Malo.

Après avoir posé les vélos chez des amis, il est temps pour nous de descendre de notre fidèle destrier des derniers jours pour laisser parler le touriste qui est en nous.

Pour ce faire, quoi de mieux que la visite de Saint-Malo intramuros avec une dégustation de glace chez le célèbre Glacier Sanchez.

Pour couronner le tout, une petite crêperie en plein milieu de l’anse Solidor : “l’un des quartiers préféré de Malouins” selon Ouest France.

0038
JE PARTAGE
0015